Catégories
Nouvelles de l'auteure

Vie

“Hate me” he said,

Et je lui ai montré que l’on pouvait aimer

“Love me” he said,

Et je lui ai montré que l’on pouvait le détester

“I wanna end me” he said,

Et je lui ai montré comment vivre

“I want to live” he said,

Et je lui ai montré comment survivre.

One breath and it can fade away,

But one breath cannot erase the thought of doing it anyway.

Moi, la vie, ne donne rien pour acquis…

Catégories
Pop music

Ce que vous devez savoir sur l’album (EP) Falling down

Comme vous devez vous en douter, il est très difficile pour un artiste d’expliquer, de dire ou d’apporter une critique quelconque à son œuvre, puisque cela relève du domaine de l’inspiration et du ressenti .

Trois titres constituent ce mini album « FALLING DOWN »

Chaque chanson fait partie d’un univers différent et parle d’une histoire particulière . Elles ont par contre, une même caractéristique, celle de ressembler à des milliers voire millions d’autres histoires semblables à celles racontées dans mes chansons.

C’est exactement là, que nous nous rejoignons car ces épreuves, traversées et surmontées à un moment donné de notre vie, nous rapprochent dans un même dilemme, une même douleur et un même espoir…

FALLING DOWN :

Ce morceau mélancolique, exprime et s’inspire d’une descente aux enfers de façon progressive, puis brutale .

Il raconte l’histoire de tous ceux et toutes celles qui a une période de leurs vies ont vécu des désillusions, ou traversé des moments sombres, difficiles mais de différentes manières et dans différents domaines .: Dépression, Alcoolisme, dépendance à la drogue, Mal être , Décisions extrême de quitter ses terres pour un lendemain meilleur, et bien d’autres …

Tellement de raisons mais un seul et même résultat, la douleur .

« Paroles de Falling Down »

Do you know what is like to fall? Falling hard that can’t even find the way out? I was just a prey and I run to the trap. Now I’m falling to a hole with no end. I should have been careful. I shouldn’t have been so naïve. Trapping in temptation. I tasted the delights of illusion.

And now I’m falling down oh oh I can feel the blood pulsing in my veins. Falling, falling hard, it’s all I got now. Falling, falling hard.

Dark, my only vision. The shadows, my only friend. Cry, my only partition
Pain, my only feeling. I’m stuck in this endless madness.

And now I’m falling down oh oh. I can feel the blood pulsing in my veins; Falling, falling hard, it’s all I got now. Falling, falling hard

I just want it to end. To be able to see the light. Overcome all this darkness. And look at the beautiful sunshine

NO MATTER :

Ce morceau rempli de regrets, parle d’un sursaut, d’une prise de conscience après avoir agit sur un coup de tête ou par égoïsme . Chacun a déjà expérimenté au moins une fois dans sa vie ce genre d’attitude, pour ensuite regretté et demander pardon.

Il nous renvoie face à nous mêmes et face à nos erreurs…

« Paroles de No matter »

I’m sorry that I had hurt you. I was just afraid in fact. My feelings were too much
And it makes me feel bad. Don’t feel anymore was the solution Be empty of every feeling was my devotion Don’t care of everything was a solution.

I was just too afraid to show my feelings A weakness that I didn’t want everyone to see

When I made a bullshit, no matter. When I hurt myself, no matter. When you said « I love you » no matter. When you hurt yourself, no matter. I didn’t want to feel anymore. Escape from this whole mess. Don’t care of everything was my solution. No matter was my freedom.

I was just too afraid to show my feelings A weakness that I didn’t want everyone to see. My only way to do it was: no matter, no matter, no matter

I’m sorry that I had hurt you My feelings were too much for me If I knew I would have been better with you X2 But I thought that no matter was my only option.

YOUTH’S NIGHT :

Ce morceau plein d’optimisme et d’enthousiasme représente ce que je suis et la jeunesse que nous incarnons . Il parle d’une nuit de folie, endiablée au rythme de tous genres de musique sans se soucier de que dirait-on ? Juste, s’abandonner, fêter la vie à travers la musique dans un même élan .

Le plus important ici , c’est l’état d’esprit de jeunesse que chacun véhicule et conçoit.

Alors, lâchez tout ! Suivez moi l’instant d’une Nuit de Feu 🔥 sur la piste de dance ! Oubliez vos tracas et rejoignez moi avec youth’s night dans Falling Down !!!! …

« Paroles de youth’s night »

We are walking in the night. As strangers to the world, we discover life. We still have some way to go to the finish line. Living our freedom all night, we still Young so we enjoy midnight. No matter the time as long as we’re dancing. Our bodies follow the music and the rhythm take us without waiting.

Follow me in this new area. Lose yourself to the rhythm tonight. Dance with fire for it. No matter what the world will tell you’re with me. Look at me and follow me to the neon light. Come and catch me so we can dance tonight. Dance with fire to the music. No matter what the world will tell, you’re with me.

We are creatures of the night. Finding our music with avidity every time. Don’t be scared to founder in this sound. Follow our footstep and drown.

On the dancefloor, we lose ourselves all night. Come on and swallow your pride, you’re with us in the spotlight this time. Live through the music and enjoy the vibe. You don’t need to love sound. Just feel the music inside your body all night. And be eager tonight.

Follow me in this new area. Lose yourself to the rhythm.

CONCLUSION :

Il est vrai que cet album est chargé d’émotions différentes . Entre la mélancolie de Falling Down, le regret de No matter et l’enthousiasme de Youth’s night, ces trois univers résument bien les émotions et le ressenti que j’ai ou quelqu’un d’autre a pu traverser dans la vie .

Catégories
Nouvelles de l'auteure

Hey. Salut !

J’avoue être resté longtemps sans donner de mes nouvelles . Ce n’est pas faute d’avoir essayé mais mon programme universitaire est un peu contraignant et me laisse finalement peu de temps pour mes autres activités .

Catégories
Nouvelles de l'auteure

Nouvelles n°1

Salut à tous !
Avant toutes choses, je souhaite remercier ce qui me suivent, cela me bouste et me permet de continuer à aller de l’avant. Merci encore de me soutenir comme vous le faites , j’espère juste que vous serez toujours à mes côtés pour m’encourager car peu importe si vous me laissez un commentaire ou non , je sais maintenant que vous êtes pas très loin😊. Même si j’admets que cela fait toujours plaisir d’avoir des retours positifs ou négatifs parce que le futur de toute chose dépend des choix et de petites avancées qui sont des petites victoires que nous réalisons au quotidien .

Je tenais aussi à m’excuser pour ma longue absence sur mon blog et pour la lenteur de mes réponses suite à vos commentaires. Je devais me concentrer ces derniers mois sur mes études, étant en Terminale, il me fallait décrocher mon Bac avec mention et maintenant que c’est chose faite je suis un peu plus libre avant les prochaines échéances “l’université”. Il me sera plus facile de poster mes écrits et de vous répondre dès que possible durant ce laps de temps ! De plus, je vous donnerai de mes nouvelles de temps en temps à l’avenir…
Encore Merci d’être présent !
😊

Catégories
Évasion

Critique

Critique, critique, d’où viens-tu ?
Es-tu celle qui vient d’une contrée lointaine au doux paysages et aux bruits harmonieux ?

Ou, es-tu celle qui dégrade l’atmosphère, fumée toxique qui ternie le mental ?

Tu es bien ambivalente, critique. Tantôt tu charmes et allèges par tes mots simples et purs, tantôt tu es le résultat d’un accord de mots disgracieux, sur une continuité de fausses notes.

Tu joues à un double jeu, tu es si hypocrite mais pourtant tout le monde t’utilises.
Qui es-tu réellement, critique ?

Catégories
Histoire

Espoir

En plein milieu de la nuit, une chute qui n’aurait jamais dû se produire, arriva. Une chute qui bouleversa l’équilibre de tout un chacun sans même que personne ne le sache. Quelques minutes avant que cela n’arrive, tout allait bien, les gens dormaient paisiblement, aucune trace d’anxiété. Il allait bien lui aussi, il marchait avec enthousiasme, le sourire aux lèvres avec son énergie qui ne le quittait pas.

Il se retrouva bien vite au dernier étage du plus grand immeuble de la ville. Il aimait cet endroit car il pouvait y voir le paysage que la ville offrait en pleine soirée. Il se rapprocha de la rambarde sans crainte, toujours ce sourire aux lèvres et sifflotait un air que lui seul connaissait. Il n’avait pas peur mais il aurait dû.

Un magnifique spectacle se dressait devant lui, toutes ces lumières le rendaient euphorique, il ressentait le même émerveillement que celui de regarder un feu d’artifice. Il s’approcha encore et s’assit sur la rambarde, celle-ci délimitant l’immeuble du vide. Ses pieds pendouillaient dans le vide, il s’amusait à les faire bouger, comme une danse sur un rythme endiablé transmettant son bonheur dans tous les membres de son corps.

Tout d’un coup, tel une fausse note après un accord parfait, son sourire s’envola, le bonheur dans lequel il était à l’instant retomba laissant place à une douleur sans nom. Petit à petit, chaque lumière de chaque maison s’éteignait, puis vint les supermarchés, les immeubles, la ville sombrait. Il avait mal, la douleur était insupportable. Plusieurs plaintes face à la souffrance qui le tiraillaient, sortaient de sa bouche dans un son presque étouffé. Il essaya dans un élan de désespoir de bouger ses pieds afin de les poser sur le sol de l’immeuble mais il roula de l’autre côté et tomba.

Quelques minutes plus tard, une dame passa par là et le vit gisant sur le sol, elle appela une ambulance et resta à ses côtés. La chute aurait dû lui être fatale mais ses jours n’étaient pas en danger, il respirait encore, son pouls était faible et il se vidait de son sang toutefois il se battait pour la vie.

La sirène de l’ambulance résonna dans une partie de la ville emmenant le patient à l’hôpital. Dès leur arrivée, les infirmiers sortirent le brancard, direction la salle d’opération, ils couraient à en perdre haleine. ” il faut le sauver, se disaient-ils.

De ses yeux remplis d’inquiétudes, la dame regardait le brancard s’en aller et chuchota ” Reste avec nous l’espoir”.

Catégories
Poésie en prose

Nuages

Je rêve telle une enfant de pouvoir toucher les nuages, les laisser glisser entre mes doigts, avoir la possibilité de voir ce ciel bleu de plus près. Penchée vers l’hublot, les yeux ancrés sur le ciel et ces nuages qui ont l’air si proche, je m’imagine mille et une aventure.
Quand le ciel resplendit et que le soleil est particulièrement rayonnant, les nuages sont d’un blanc divin, ils m’émerveillent. Je ne cesse de les regarder captivée, envoûtée, mon esprit s’évade. Les nuages blancs ont l’air si purs, ils ne semblent pas être atteints par la pollution, les vices ou autres forces corrompues.
Ils nous laissent apercevoir à travers eux, différentes formes venant de notre imagination. Par contre quand le ciel et le soleil semblent lointain, les nuages s’assombrissent puis se déversent sur nos têtes. Ils n’incarnent plus cette beauté divine mais ils sont remplis de quelque chose de plus obscur, néanmoins envoûtant.
C’est pourquoi, les simples mortels auront plus tendance à contempler les nuages quand ils sont blancs que quand ils sont gris-sombres. Ils préfèrent se voiler la face avec un semblant de pureté au lieu d’admettre que la noirceur a déjà contaminé le monde.

Catégories
Évasion histoires

Une judicieuse réalisation

« Depuis quand as-tu commencé ?

– Depuis aussi longtemps que je m’en souvienne.
– Et pourquoi ?
– Honnêtement, au début, je ne le savais pas moi-même mais depuis peu, j’ai compris.
– Et qu’as-tu compris ?
– Que cela me permettait d’oublier, de me sentir vivante le temps d’un instant, de chasser les normes, ce que l’on exige de nous, ce que la société veut de nous.
– Oublier quoi ?
– Les problèmes de la vie au quotidien, la dépression, ces trucs là.
– Quels trucs ?
– Ces choses qui nous font chier, le harcèlement pour certains, les moqueries pour d’autres, la pression, le sentiment d’incompréhension, la frustration, la colère, l’angoisse, la haine et plein d’autres… Juste pouvoir oublier ce monde pourri dans lequel nous vivons et qui d’ailleurs se dégrade de jour en jour.
– C’est donc pour cela que tu as commencé à boire, à fumer et à te droguer ?
– J’ai commencé à fumer pour faire passer ma frustration et la pression que je subissais. Puis j’ai finis par boire jusqu’à ne plus rien ressentir, juste pour me sentir bien et à l’aise en présence des autres durant les soirées. Bien sûr je buvais comme un trou que quand nous étions entre potes de confiance. Puis j’ai vu que fumer et boire ne faisaient plus trop d’effets alors je suis passée à l’étape supérieure, la drogue.
– Et maintenant, qu’en penses-tu ?
– Désolée pour le terme mais c’était une « belle saloperie ».
– C’était ? Cela veut dire que tu as arrêté ?
– Non, cela veut dire que je me suis rendu compte de la gravité de la situation, que je me pourrissais la vie et surtout que je prenais le chemin des faibles.
– Le chemin des faibles ?
– J’ai préféré la facilité et au lieu de faire face à mes démons, je les ai juste repoussés et Ils se sont accumulés. De toute façon, ils n’ont même pas eu besoin de me détruire car je le faisais moi-même, je leur ai donné une satisfaction immense.
– Alors comptes-tu arrêter ?
– Cela ne va pas être facile mais je vais tout faire pour arrêter, je me suis déjà assez détruite alors autant essayer de réparer le peu qu’il y a à réparer.
– Alors pourquoi es-tu venue me voir si tu savais déjà quoi faire ?
– Car le dire à haute voix et en parler à quelqu’un aide beaucoup et c’est l’une des étapes à franchir afin de remonter la pente. Prendre conscience.
– Très bien, la prochaine séance sera dans un mois, d’ici là, s’il y a un problème, tu peux m’appeler.
– Merci.
– Ne me remercie pas, remercie-toi d’avoir pris les bonnes résolutions.

Ainsi, elle sortit du cabinet du psychologue, prête pour un nouveau départ.

Catégories
pensées

Pensée n°2

On joue à cache cache la nuit car nous savons qu’il est difficile de nous retrouver. Enfant de la nuit, nous ne vivons que pour elle, sans elle nous ne sommes rien.

Certains la voient comme un cauchemar, la maison des ombres, ces êtres dont nous doutons l’existence. D’autres la voient comme un moment de douceur, de rêverie, de calme.

Certains s’égarent dans la nuit et d’autres s’y retrouvent.

Mais vous, que pensez-vous de la nuit ?

Catégories
pensées

Pensée n°1

Derrière chaque peinture se trouve une vérité, une pensée cachées.

Et si ces belles peintures ne déguisaient-elles pas la folie de son auteur !

Catégories
Évasion Poésie en prose

Ange déchu

Dans un coin de la planète, dans la nuit noire un ange déploiyait ses ailes. La douleur fut immense mais la libération n’en fut que plus grande. Ces ailes semblaient ne faire qu’un avec la nuit, elles étaient noires, reflétant le côté sinistre de la nuit.

L’ange déchu en était fier, elles étaient une part de lui et sans elles, il n’était rien. Elles fortifiaient son caractère, lui donnant une certaine place et une certaine importance.

Il s’envola bien vite, ressentant l’adrénaline et le sentiment de danger. Il était poursuivi et il le savait mais ne semblait s’en préoccuper, il jouait à un jeu dangereux.

Il fit une grande ascension avant de chuter avec puissance jusqu’au porte de l’enfer.

Catégories
Évasion Poésie en prose

Ange

Dans la nuit douce et tranquille, un ange déploie ses ailes. La douleur vient d’abord, déformant les traits de l’ange avant que cette douleur lacinante se transforme en délivrance et apaisement. La blancheur de ses plumes contrastait avec la nuit noire se tenant devant lui.

Puis d’un coup, comme si il avait entendu un accord silencieux, il s’élança dans les airs, volant à toute allure, laissant ainsi le vent fouetter son visage et traverser ses ailes.

Pourquoi la nuit ? Me direz-vous.

Car il avait peur du soleil, ne voulant se brûler les ailes.

Catégories
Poésie en prose

Mondes différents.

Toi et moi sommes de mondes différents, nous ne voyons pas la vie de la même façon. Quand je marche à reculons, tu avances lentement et quand j’avance, tu recules.

Toi et moi, on ne voit pas le même ciel ; égarée par ce beau ciel, je semble voir les astres me sourire et les étoiles m’envelopper. Ton ciel à toi, a l’air plus lucide, il est beau, ardent et scintillant, le soleil te réchauffe et les nuages t’apportent de la légèreté.

Nous sommes si différents, parfois je suis la lune et toi le soleil et d’autres fois je suis le soleil et toi la lune. Peut-être qu’un jour nous verrons le même monde, que le même ciel s’offrira à nous, alors peut-être nous nous retrouverons.

Hélas je vis dans mon monde forgé avec enthousiasme, mon refuge. Et toi le tien, mystérieux et inconnu, un endroit que seul toi côtoies. Un jour, peut-être que ces mondes qui nous empêchent de nous réunir seront déclencheur de notre rapprochement. Nos entités parfaites.

Catégories
Poésie en prose

Rêve Éveillé

Je voulais juste m’endormir, rêver, voler, oh oui ! je voulais m’envoler vers le pays imaginaire et retrouver Peter Pan. Laisser mon imagination vagabonder dans les méandres de mon esprit farfelue. Toucher du doigt, caresser tel de la soie mes pensées lugubres et les transformer en un salut , une illusion assez satisfaisante pour la rêveuse que je suis.

Pourquoi m’empêcher vous de rêver ? De rejoindre mon monde lunaire et scintillant ? M’empêcher de vivre ? Je me sens oppressée, destinée à faire une chose que je ne veux pas faire, qui n’est pas ma destinée mais ce que l’on veut de moi. Les chaînes se resserrent, je suffoque, je panique, je respire mais c’est comme si je ne le faisais pas vraiment. J’ai l’impression de porter tout le poids du monde sur mes frêles épaules. Je m’oblige avec tant de ferveur à comprendre, à faire et à assimiler, je me détruis presque. Je suis ma propre nuisance, je me sens si mal, je me fais du mal. Tout ce que je demande c’est pouvoir rêver, on dit que les illusions sont parfois faites pour être brisées mais pour les briser ne faut il pas rêver ?

Je cherche une réalité alternative dans ce monde que je crée dans ma tête, dans cet endroit si étrange mais si envoûtant. Je me sens une âme aventurière, je me sens vivante.

Ne m’octroyez pas ce sentiment, je suis tellement sous pression, la peur de l’échec est grande, l’envie de perfection est immense. Je veux juste rêver, rejoindre l’El Dorado, voyager dans L’Atlantide, avec légèreté.