En plein milieu de la nuit, une chute qui n’aurait jamais dû se produire, arriva. Une chute qui bouleversa l’équilibre de tout un chacun sans même que personne ne le sache. Quelques minutes avant que cela n’arrive, tout allait bien, les gens dormaient paisiblement, aucune trace d’anxiété. Il allait bien lui aussi, il marchait avec enthousiasme, le sourire aux lèvres avec son énergie qui ne le quittait pas.

Il se retrouva bien vite au dernier étage du plus grand immeuble de la ville. Il aimait cet endroit car il pouvait y voir le paysage que la ville offrait en pleine soirée. Il se rapprocha de la rambarde sans crainte, toujours ce sourire aux lèvres et sifflotait un air que lui seul connaissait. Il n’avait pas peur mais il aurait dû.

Un magnifique spectacle se dressait devant lui, toutes ces lumières le rendaient euphorique, il ressentait le même émerveillement que celui de regarder un feu d’artifice. Il s’approcha encore et s’assit sur la rambarde, celle-ci délimitant l’immeuble du vide. Ses pieds pendouillaient dans le vide, il s’amusait à les faire bouger, comme une danse sur un rythme endiablé transmettant son bonheur dans tous les membres de son corps.

Tout d’un coup, tel une fausse note après un accord parfait, son sourire s’envola, le bonheur dans lequel il était à l’instant retomba laissant place à une douleur sans nom. Petit à petit, chaque lumière de chaque maison s’éteignait, puis vint les supermarchés, les immeubles, la ville sombrait. Il avait mal, la douleur était insupportable. Plusieurs plaintes face à la souffrance qui le tiraillaient, sortaient de sa bouche dans un son presque étouffé. Il essaya dans un élan de désespoir de bouger ses pieds afin de les poser sur le sol de l’immeuble mais il roula de l’autre côté et tomba.

Quelques minutes plus tard, une dame passa par là et le vit gisant sur le sol, elle appela une ambulance et resta à ses côtés. La chute aurait dû lui être fatale mais ses jours n’étaient pas en danger, il respirait encore, son pouls était faible et il se vidait de son sang toutefois il se battait pour la vie.

La sirène de l’ambulance résonna dans une partie de la ville emmenant le patient à l’hôpital. Dès leur arrivée, les infirmiers sortirent le brancard, direction la salle d’opération, ils couraient à en perdre haleine. ” il faut le sauver, se disaient-ils.

De ses yeux remplis d’inquiétudes, la dame regardait le brancard s’en aller et chuchota ” Reste avec nous l’espoir”.

Espoir

4 avis sur « Espoir »

  • 10 mai 2018 à 14 h 21 min
    Permalien

    Très belle histoire remplie de sens…
    😊

    Répondre
  • 10 mai 2018 à 14 h 35 min
    Permalien

    Salut, pas mal ton blog.
    Bon courage et continue. Dac avec mamiko, belle histoire…👍🏼

    Répondre
  • 11 mai 2018 à 10 h 51 min
    Permalien

    Très perspicace, en personnifiant le mot ESPOIR tu lui as donné une autre dimension. Amateurs de littérature que nous sommes, je peux dire que ceci est une petite et belle œuvre que tu nous offres. Si j’ai bien compris, tu parles de la vie, son enthousiasme avec l’espoir que nous avons lors des beaux jours puis vient le désarrois avec le désespoir, la descente aux enfers … Qu’on nous atteignons cette étape de la vie, nous avons besoin de reprendre les choses en main. Alors quoi de plus précieux et de plus important que L’Espoir. Il est cette volonté, cette lueur qui apparaissent lorsque tout est fini ou tout semble perdu pour toujours…
    Tu as résumé la vie de façon théâtrale, une mise en scène avec la personnification des mots et des éléments qui font partie de la vie.

    Répondre
  • 11 mai 2018 à 10 h 58 min
    Permalien

    Je t’encourage à poursuivre tes efforts car la route est longue mais tu es déjà sur le bon chemin. Alors ne perds jamais espoir toi-même, oses toujours, rêves toujours parce qu’au bout du compte tu vas réaliser tes propres rêves 👍👍👍👍.
    Fighting, fighting 🌹🌹

    Répondre

Répondre à Coco Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *